Enquête sur le statut des femmes dans le Carnaval de Binche qui ne peuvent participer activement aux défilés. La parole leur est donnée, à travers quatre générations ; l’arrière grand-mère, la grand-mère, la mère et la fille. En filigranes, il y a question de la transmission et des relations mère-fille.

À Binche, les femmes ne peuvent pas être Gilles. Pourtant, on dit qu’un homme n’est rien sans sa femme. Dans les cou­lisses du Carnaval, quatre femmes d’une même famille, quatre géné­ra­tions dif­fé­rentes, racontent leur façon de vivre cet évé­ne­ment unique dans le folk­lore belge, depuis les pré­pa­ra­tifs jusqu’au grand ras­sem­ble­ment. Autrefois, si la place des femmes au sein du Carnaval était une repro­duc­tion du rôle social de la femme dans la société, aujourd’hui, il semble qu’on assiste davan­tage à un jeu de rôles accepté tant par les hommes que par les femmes. Il s’agit plus de re-vivre à l’infini les sou­ve­nirs du temps passé d’une manière col­lec­tive, et de conso­li­der les liens sociaux et fami­liaux des habi­tants à l’intérieur de la cité fortifiée.

Article paru dans Syntone : http://syntone.fr/au-carnaval-de-binche-des-femmes-face-aux-masques/

Auteur·rices complémentaires
Participation au montage et mixage : Jeanne Debarsy
Producteurs
L’Arbre de Diane
Avec le soutien de
ACSR FACR de la Fédération Wallonie-Bruxelles
Licence
SCAM Belgique - 20160110