Le reflex du cyclope

Création collective

Fiction radiophonique live

La pièce interroge le rapport voir/être vu, ou regarder/être regardé. Un travail sonore pour explorer le monde de l’image à l’heure d’une société à prédominance visuelle. On pense à L’homme boîte de Kobo Abe, ou comment un homme peut devenir spectateur du monde alentour en s’enfermant dans une boîte. Diane, l’héroïne de notre histoire, s’en va rencontrer des gens « différents », les prendre en photos, faire leurs portraits tendres et intimes. Elle découvre les autres, leurs beautés cachées sous des corps meurtris, grâce à la photographie.

Le petit monde de Diane est bouleversé. On lui a caché son royaume. Dans la forêt qui n’a pas de nom. Juste de l’autre côté de la rivière. Elle rencontre des restes humains, des monstres très vivants. Elle leur parle un peu puis leur demande: « Je peux vous prendre en photo?  Laissez moi faire… ». 

Diane découvre alors enfin la ville et son organisation. Déçue par cette population organisée et bruyante, elle traverse la rivière. Elle entre dans le monde des monstres, ceux  dont les corps ne sont pas conformes. Elle y trouvera une attention toute particulière, une timidité, une humanité qu’elle décide de garder dans son cyclope, son appareil photo, afin de les montrer, les magnifier.

Le scénario est une adaptation libre des textes et photographies de Diane Arbus: la découverte du monde et de ceux qui l’habitent à travers un objectif. Mais c’est surtout la rencontre des « monstres », ces personnes différentes physiquement qui se retrouvent au ban de la société dite « normale ». Ces portraits nous montrent une belle humanité et une rencontre digne.
L’histoire peut se suivre et se comprendre en fermant les yeux (mais pas seulement). Le spectacle a aussi été  conçu pour qu’une diffusion radio en direct puisse exister  en même temps  que la représentation publique.

L’utilisation des voix, de leurs différents plans sonores, des ambiances, des sons seuls,  de  la  musique, rappelle  les dramatiques radio des années 60 et 70. Nous essayons de garder une grande richesse et de démontrer les possibilités infinies du travail sonore. 
Nous sommes donc une troupe de fiction radio qui joue toute une pièce, en direct, sans filet. Cela nécessite beaucoup de précisions, de calages et de répétitions. Mais ce travail radio qui se joue en public est augmenté par la prestation scénique des comédiennes, par la présence des musiciens et de metteurs en onde.

Auteur·rices complémentaires

Avec Carl Roosens (texte), Damien Magnette (Batterie et autres), Nicolas Gitto (guitare et autres), Mélanie Lamon (Diane), Laurence Katina (cyclope et rencontres), Carmelo Iannuzzo (narrateur), Anne-Sophie Papillon et Yvan Hanon (régie son).

Producteurs
ACSR
Avec le soutien de
FACR de la Fédération Wallonie-Bruxelles
Licence
Creative Commons 4.0 - 2010