15.06.2022

Les coups de coeur de Juin – La sélection d’Anna Kravets

Actualité

 

– À propos d’Anna Kravets –

Anna Kravets est une artiste radio ukrainienne. Formée en études culturelles et en sciences sociales, elle est aussi productrice de podcasts. Elle animait auparavant une émission de radio sur les transformations du travail et des loisirs sur Radio Ukraine International.

Les aspects affectifs des relations de pouvoir, les mécanismes de l’imaginaire collectif, l’esthétique du langage comme l’anthropologie de la voix sont au cœur de ses travaux. La précarité et la question du travail en migration sont aussi des sujets qui traversent ses créations radiophoniques et ses projets de recherche.

Anna utilise l’art radiophonique pour incarner ses réflexions sur le monde. En se nourrissant tant de la philosophie et des sciences sociales, elle expérimente souvent une relation non-hiérarchique entre la parole et des éléments non-discursifs.

Elle est actuellement en résidence à Bruxelles avec SEMI SILENTQ-O2 et l’acsr et elle travaille à trouver un carrefour entre les manières d’appréhender le phénomène imperceptible de la guerre, les émotions que vivent les gens en Ukraine et la manière dont celles-ci sont traduites à travers divers médias auprès du public à l’étranger.

 

 

– Sa séléction –

En partageant ses coups de cœur Anna nous invite ce mois-ci à flâner au grès de six pièces tout à fait différentes les unes des autres. Chacune d’elles s’adressent, ou font appel, à l’imaginaire urbain, au registre affectif et toutes font écho à la question de la transformation.

  • Come Come

Come Come est né d’une interrogation fascinée sur la figure des sirènes, à partir de celles d’Homère, qui révélèrent à Ulysse un « trésor » de science.

Quel était-il ? L’histoire ne le dit pas.

Mais si les sirènes revenaient dans notre monde contemporain, quel serait ce « trésor » adressé aux humains ?

Dans cette fiction empreinte de réalisme magique, Isabelle Dumont et Candy Saulnier nous guident à la découverte de cette énigme à travers un voyage vocal et musical.

Pour l’écouter c’est juste ici.

 

 

 

 

  • Bunker – Tryptique Baron Samedi

Cela se passe aujourd’hui, dans les ruines de l’histoire.
Un bunker dans le désert.
Un homme se tient devant la porte. Peu à peu les murs du désert se resserrent autour de lui.
Son but est clair, il veut entrer.
Fragment après fragment, le traumatisme se déploie. De ce déploiement naît un paysage.

Qu’est-ce que l’imagination créée pour ne pas subir le manque ?

Fragment après fragment le traumatisme se déploie.

De ce déploiement naît un paysage.

Bunker est le troisième volet du triptyque Baron Samedi, écrit par l’auteur de théâtre Ludovic Drouet et réalisé par Chloé Despax et Nora Boulanger Hirsch.

Vous pouvez retrouver Meute, Météore, et Bunker en stéréo et en binaural.

 

 

  • Phonobiographie N°1

« C’était un jour d’hiver, à Madrid. J’ai pris l’express ‘Puerta del Sol’ vers Bruxelles. A cette époque, Hendaya était le terminus de nos trains. Les rails espagnols et français n’avaient pas le même écartement. Chez nous, les voies étaient plus étroites, petite mesure de défense prise par le gouvernement de Franco. On descendait du train, la valise dans une main et dans l’autre le passeport bien serré. Au milieu de la nuit, on traversait cet espace à ciel ouvert, clôturé par des fils de métal ; couloir étroit et silencieux, inquiétant, ‘tierra de nadie’. De l’autre côté, vingt-six ans d’une autre vie m’attendaient et, je crois que je le devine déjà. Ce jour-là, je n’avais que vingt-six ans. Avant ce jour-là, il y a eu d’ autres jours, des milliers des jours que j’entends encore. »

Cette création de Charo Calvo est à retrouver ici.

 

 

 

 

  • Radio L’ancre – Le papillon et le sanglier & La mue

La limite entre folie et raison s’avère mouvante. Et, dans le processus de guérison, la capacité de chacun·e à remettre en récit sa propre histoire dans une histoire plus grande s’avère fondamentale.

En reprenant deux documentaire, Le sanglier et le papillon et La mue, Radio L’ancre laissent l’espace à la parole du « fou » et son expertise sur sa maladie.

Pour découvrir les deux documentaires de Jen Debauche c’est par là.

 

 

 

  • Libérez l’A(rt)Radio ! 

Si j’éteins la radio, est-ce que tu m’écouteras encore ?

Libérez l’A(rt-)Radio ! (ode à l’art radiophonique) a la particularité de transposer une installation sonore pointilliste en un flux radiophonique.

Le fil thématique de l’installation était et est resté, dans cette réalisation, la création radiophonique, ou, exprimé de manière plus pointue.

Cinq récits s’entrecroisent et le tableau résonne aux oreilles comme des multiples bulles « (points) » sonores.

Pour en savoir plus et découvrir cette pièce de Marcel Xhaufflaire c’est par ici !

 

 

 

  • Zone 58 – Un trou dans la ville

En plein été 2018, au cœur de Bruxelles, le Parking 58 est détruit.

Après plusieurs mois de destruction, un immense trou apparaît : un trou dans la ville. Cette fosse aussi grande qu’un terrain de football nous livre le passé millénaire de Bruxelles.

À l’écoute des voix du quartier de la Vierge Noire naît une légende : la nuit du 20 juillet 2019, soir de la Fête Nationale, la Senne a ressurgi des profondeurs…

Un docu-fiction de de Gaspard Audouin, Jacques Lemaire et Maxime Renaud à retrouver par .

 

Rendez-vous le mois prochain pour une nouvelle sélection et d’ici-là, bonnes écoutes !