Je parle toutes les langues, mais en arabe

Une enquête aux sommets du Haut-Atlas.

Public Tout public

En 2018, j’ai eu l’opportunité de séjourner dans la région de Marrakech Safi, à l’invitation des Halles de Schaerbeek. Je devais y conduire une résidence de création sur la notion de « sacré ».

Or, comme souvent, et bien heureusement, j’ai dérivé. Et de ce voyage ont surgi plusieurs conversations auprès de différents « pratiquant·es » de la voix et de la parole : avec la poétesse et spécialiste du soufisme Touria Ikbal, une jeune chanteuse et un étudiant muezzin, le conteur et pédagogue Aziz Bouyabrine et plus particulièrement dans un dialogue riche et constant avec l’artiste et traducteur Noureddine Ezarraf.

Ces rencontres m’ont mené des sommets du Haut-Atlas à la cavité d’une bouche, le long d’un sillon vocal qui mène du chant à la langue. Et dans les reliefs de ce sillon sont apparus, en creux, la mémoire des mots, les traces de la violence coloniale, un remède chanté, l’histoire des lettres et du cosmos.

La conception de cette pièce m’a beaucoup interrogé. Notamment sur l’usage du français, ou encore sur ma justesse et légitimité à tenir un micro dans un contexte culturel dont j’étais très ignorante. Pourtant, c’est bien ce trouble, cet inconfort et ces dérivations qui font qu’elle demeure précieuse à mes oreilles.

 


 

« Je parle toutes les langues, mais en arabe » a été réalisée dans le cadre d’une résidence à Marrakech en 2018 sur l’invitation des Halles de Schaerbeek.

 

Auteurs Complementaires

Musique Originale : Monolithe Noir & Myriam Pruvot

Musique additionnelle : Khalid Badaoui et Lahssen Bouaziz

Chant : Soulaima Laabili et Myriam Pruvot

Traduction : Noureddine Ezarraf

Avec les voix de : Abdelaziz Bouyabrine, Salim Djaféri, Noureddine Ezarraf, Touria Ikbal, Soulaima Laabili et Taha Tourani et Myriam Pruvot

Photo et illustration : Martial Prévert et Myriam Pruvot

Avec le soutien de
ACSR
Licence
Creative Commons 4.0 - 2021

entretien-portrait avec J-J.Deleeuw dans Podcast+ sur BX1, 31.01.2020

Remerciements à la Fondation Dar Bellarj et à toute l’équipe de l’acsr.